Traitement des maladies chroniques – stade 1: le système immunitaire

Traitement des maladies chroniques – stade 1: le système immunitaire

Traduit de l’anglais et adapté avec la permission de Chris Volesky, L.Ac

Le système immunitaire

Fibromyalgie, syndrome de fatigue chronique, maladie de Lyme, polyarthrite rhumatoïde, sclérose en plaques, toutes ces conditions sont chroniques, insidieuses et souvent dégénératives. Quiconque est atteint de ces maladies vous confirmera à quel point elles sont horribles et comment elles vous limitent dans vos activités préférées, vos réunions sociales, le sport et la capacité de marcher ou de voyager. Malheureusement, la plupart des soins standards sont seulement conçus pour «gérer les symptômes», conduisant à une dégénérescence supplémentaire, à une qualité de vie inférieure et même à un handicap.

Comment cela peut-il être traité?

Quand on a affaire à toute condition médicale complexe allant d’une maladie auto-immune à la fibromyalgie ou à la fatigue chronique, nous devons toujours commencer par examiner le système immunitaire. Notre système immunitaire est notre première ligne de défense. C’est son travail de faire face à l’invasion d’agents pathogènes externes (rhume, grippe, infection), mais aussi de veiller à ce que ces agents pathogènes ne puissent pas rester dans notre corps et causer d’autres problèmes par la suite. Notre système immunitaire joue également un rôle majeur dans la gestion de l’inflammation dans le corps.

Très souvent en ce qui concerne les maladies chroniques, il y a des antécédents d’infection, suivis d’une progression en douleur chronique et en fatigue. Parfois, cela peut se ressentir comme un rhume, une infection des sinus ou peut-être même une infection streptococcique. Normalement, notre système immunitaire travaille fort pour lutter contre ces problèmes. Nous développons de la fièvre afin de tuer l’infection et nous transpirons pour libérer des peptides tels que la dermcidine et la cathélicidine que le corps utilise pour lutter contre les micro-organismes infectieux. Toutefois, souvent, nous utilisons des antibiotiques pour nous aider à lutter contre ces infections. Dans certains cas, ces médicaments sont très bénéfiques et peuvent sauver des vies. Cependant, lorsqu’ils sont trop utilisés, ils contribuent à des problèmes digestifs, diminuant l’immunité innée de notre corps. Nous utilisons ensuite des anti-inflammatoires non stéroïdiens, disponibles en vente libre, comme l’ibuprofène pour réduire nos fièvres. Ils peuvent nous faire nous sentir mieux, mais cela donne aussi aux agents pathogènes plus de chance de s’intégrer dans notre corps.

Ces agents pathogènes finissent par réaliser qu’ils ne peuvent pas survivre en présence de ces médicaments et de notre système immunitaire, ils commencent alors à s’attacher à l’intérieur de notre corps. Ceux-ci sont appelés «biofilms». Ces biofilms protègent les agents pathogènes de notre système immunitaire et des médicaments que nous prenons. Cela donne aux agents pathogènes le temps d’attendre que notre système immunitaire se calme et que les médicaments quittent notre système. Une fois que le chemin est libre, ces agents pathogènes peuvent apparaître à nouveau et provoquer des problèmes d’infection et de maladies chroniques. En médecine traditionnelle, ceux-ci sont appelés agents pathogènes maintenus et sont connus pour être des acteurs majeurs dans la plupart des maladies chroniques. En fait, les biofilms sont maintenant impliqués dans la plupart des maladies chroniques, y compris la fibromyalgie, le diabète et l’obésité, jusqu’aux maladies auto-immunes telles que la sclérose en plaques, la maladie de Parkinson, le lupus et bien d’autres.

Avez-vous déjà entendu parler de gens souffrant d’infections chroniques des sinus? Ils prennent un antibiotique et leur état s’améliore temporairement, mais ensuite, ils continuent de faire face à la congestion chronique des mucus et des sinus. Plusieurs semaines ou mois après, une autre infection des sinus se produit entraînant la prise d’autres antibiotiques, causant plus de troubles digestifs, signifiant plus de troubles immunitaires et une probabilité accrue d’infection supplémentaire. De plus, l’infection chronique des sinus est associée à une qualité de vie inférieure à celle de ceux qui souffrent de maladies cardiaques importantes. Cela peut aussi être un signe qu’il y a une maladie auto-immune plus grave en jeu, comme la sarcoïdose, la fibrose kystique ou le syndrome de Churg-Strauss.

Que peut-on faire?

Au stade 1, nous examinons d’abord et avant tout la possibilité de conserver des agents pathogènes (biofilms) et le rôle qu’ils peuvent jouer dans la maladie chronique. Nous commençons également à examiner dans quelle mesure le système immunitaire fonctionne et nous pouvons observer la façon dont les symptômes de nos patients se présentent:

  • Tombez-vous malade facilement et souvent?
  • Avez-vous des douleurs qui se déplacent d’un endroit à l’autre? De muscle en muscle ou d’articulation en articulation?
  • Avez-vous une augmentation de la douleur et de la fatigue lorsque les fronts météorologiques se déplacent ou lors de changements drastiques de température?

Lorsque notre corps est en bonne santé, les changements météorologiques provoquent une légère réponse inflammatoire qui est normale et saine et qui passe souvent inaperçue. Cependant, lorsque notre corps est déjà dans un état d’inflammation généralisée, un changement de température entraînera une augmentation de l’inflammation et des exacerbations profondes de la douleur.

Pourquoi certaines douleurs semblent-elles se déplacer d’un endroit à l’autre? Cela peut sembler presque exaspérant! Vous pouvez faire masser un muscle douloureux et vous sentir enfin mieux, mais ensuite cette douleur semble se déplacer vers un autre muscle ou même de l’autre côté du corps. De telles douleurs qui semblent bouger sont associées au fait que notre système immunitaire tente de répondre à un agent pathogène. Nous développons donc une réponse inflammatoire généralisée (immunité non spécifique) qui semble envoyer une douleur se déplaçant d’un muscle à l’autre ou d’une articulation à l’autre. Il s’agit d’une manifestation très courante dans la plupart des cas de fibromyalgie et de nombreuses maladies auto-immunes, mais également très courante chez ceux qui souffrent de la maladie de Lyme. À ce stade précoce du traitement, nous pouvons également observer des signes de gonflement lymphatique tels que des ganglions lymphatiques enflés ou un gonflement autour du cou, des aisselles ou de l’aine. Cela peut souvent être accompagné de raideurs ou de sensations intenses dans ces zones.

Quels autres symptômes pouvez-vous ressentir à ce stade?

  • Rigidité dans le cou et le haut du dos ou même sur l’épaule gelée
  • Légère enflure ou œdème
  • Alternance de sensations de chaud et de froid ou de fièvre, accompagnées de sensations de froid ou de frissons
  • Allergies saisonnières, allergies nasales chroniques ou douleurs aggravées pendant la saison des allergies (nez dégoulinant, congestion, démangeaisons des yeux, etc.)
  • Attraper facilement des rhumes ou des infections récurrentes
  • Rhumes qui semblent durer des semaines ou des mois
  • Douleurs qui augmentent avec les changements de température
  • Démangeaisons ou sensibilité cutanée; éventuellement éruption cutanée
  • Une sensation de douleur aux cheveux (assez courante dans la fibromyalgie)
  • Maux de tête, en particulier ceux qui semblent provenir du cou
  • Syndrome de Bell’s Palsy et Ramsay Hunt (zona dans le nerf facial)

À ce stade, les médicaments à base de plantes sont utilisés pour traiter simultanément le système immunitaire et les agents pathogènes retenus. Ces médicaments sont également utiles pour éliminer l’excès de mucus (les couches visqueuses qui abritent les biofilms) et aident à favoriser un meilleur mouvement lymphatique.

De plus, nous utilisons des techniques respiratoires spécialisées (appelées thérapie par gazotransmetteurs) qui modulent davantage le système immunitaire et aident à combattre les agents pathogènes et à éliminer la douleur.

Trucs de grand-mère

Nous appelons ce type de médecine «trucs de grand-mère», car elle comprend les soins «maison» de base qui, traditionnellement, seraient appris de nos parents ou nos grands-parents et qui sont malheureusement perdus dans la société moderne. Dans des pays comme la Chine, il existe des stratégies de base en matière de santé et de longévité qui sont connues et utilisées par la grande majorité de la population, dont les suivantes:

  • Mouvement léger comme la marche ou le tai-chi. Cela favorise la circulation sanguine et la transpiration légère. La transpiration est importante, car elle contient de nombreuses composantes qui combattent les infections, y compris la lactoferrine, empêchant la formation de biofilms.
  • Gardez l’estomac au chaud et évitez les boissons froides comme les «smoothies verts sains». Optez pour des aliments cuits et faciles à digérer. Une excellente façon de commencer la journée est de réchauffer l’estomac avec du thé au gingembre fraîchement râpé.
  • Gardez un foulard autour de votre cou. Garder le cou au chaud et mobile est un moyen facile de commencer à desserrer le cou pour que le corps continue à se sentir mieux. Vous pouvez également masser légèrement de l’avant vers l’arrière avec votre foulard (très important dans la fibromyalgie).

Nous travaillons simultanément le renforcement du corps et l’élimination des agents pathogènes. Ce n’est PAS une cure! C’est plus comme prendre une vieille maison délabrée et réparer les fenêtres et le toit afin que l’intérieur soit protégé des éléments extérieurs. Au stade 2, nous commencerons à réparer l’intérieur de la maison (alias le corps).

Si vous ou quelqu’un que vous aimez souffre d’une condition médicale chronique, n’hésitez pas à contacter Alain Bernard au 514-999-9467.

Fibromyalgie, syndrome de fatigue chronique, maladie de Lyme, polyarthrite rhumatoïde, sclérose en plaques, toutes ces conditions sont chroniques, insidieuses et souvent dégénératives. Quiconque est atteint de ces maladies vous confirmera à quel point elles sont horribles et comment elles vous limitent dans vos activités préférées, vos réunions sociales, le sport et la capacité de marcher ou de voyager. Malheureusement, la plupart des soins standards sont seulement conçus pour «gérer les symptômes», conduisant à une dégénérescence supplémentaire, à une qualité de vie inférieure et même à un handicap.

À propos de l'auteur

Alain Bernard

Acupuncteur, membre de l’Ordre des Acupuncteurs du Québec et propriétaire de sa clinique depuis plus de 20 ans, Alain Bernard est également formé en médecine chinoise et diplômé de l’International College of Traditional Chinese Medicine de Vancouver.

Sa passion pour la pharmacopée chinoise et son approche personnalisée lui permettent de créer des formules d’herbes uniques pour traiter plus efficacement chacun de ses patients.

Besoin d’informations?

Communiquez avec nous sans tarder!

Clinique de Montréal

6994, rue Saint-Denis,
Montréal, Québec
H2S 2S4

Clinique de Saint-Sauveur

18, avenue Lanning
Saint-Sauveur, Québec
J0R 1R6

2020 © Alain Bernard | Acupuncture et Herbes Chinoises

Système nerveux

spasmes, maux de dos, pertes d’équilibre, tremblements, jambes lourdes, etc.

Système circulatoire

hypertension artérielle, palpitations, etc.

Système urinaire et reproducteur

infection urinaire, troubles menstruels, fertilité (soutien), etc.

Problèmes de peau

Acné, eczéma, psoriasis, zona, herpès, etc.

Système digestif

ballonnements, ulcères, douleurs, constipation, diarrhée, manque d’appétit, côlon irritable, vomissements, etc.

Système respiratoire

asthme, allergies, rhinites, saignements de nez, grippe, toux, bronchite, etc.

Douleurs

Fibromyalgie, blessures sportives, fractures, déchirures, entorses, syndrome du canal carpien, etc.

Système émotionnel

stress, insomnie, fatigue, dépression, nervosité, panique, etc.